Evolène Région : à la découverte de nos villages alpins

Il y a des endroits que l’on pense connaître dans leur moindre recoin et pourtant on se surprend à les redécouvrir lors d’une balade guidée sous l’œil expert d’un guide habitant.

C’est typiquement le cas d’Evolène Région. Je ne compte pas le nombre de fois que j’ai arpenté ces villages Evolène, les Haudères, La Sage. J’aime flâner au cœur de ses hameaux alpins au rythme des saisons.

Evolene Region @chaletlerucher

En ce début juillet, Canal 9 est venu promener sa caméra en pays évolenard pour ses sujets d’été. Du coup, l’Office du Tourisme d’Evolène recherchait des « figurants » pour sa balade historique organisée chaque semaine.

Voilà une parfaite opportunité d’approcher Evolène sous un autre regard, celui de Gisèle Pannatier, enfant du pays.

C’est parti pour 3 heures de déambulations. Tout d’abord, Gisèle nous apprend que le nom d’Evolène vient du patois et signifie « eau calme ».  Dans les jardins de l’Hôtel de la Dent Blanche  se faufile ces eaux calmes dont on ne connaît pas la source !

Evolene Region @chaletlerucher

Cet hôtel fût par ailleurs  le 1er hôtel du village dans les années 1900, c’est ici que séjourna Marguerite Yourcenar afin de corriger « Les mémoires d’Hadrien ».

Dans l’une des pittoresques ruelles du village, on remarque chaque détail de l’habitat d’autrefois : claies de séchage, planche d’envol pour abeilles. On note la différence entre le raccard, le grenier, la grange, la grange-écurie. J’en deviendrai presque incollable sur la diversité des constructions rurales !!! On pénètre dans l’ancienne forge, l’atelier de tissage de Marie Métrailler, puis le musée qui réuni une riche collection représentative de la vie montagnarde avec notamment les magnifiques costumes Evolénards, encore porté aujourd’hui.

« Je le porte tous les jours le costume » titre du film de André Beday et Pierrete Beday-Hauser.

Je m’imagine la vie d’antan dans ces contrées alpines sous le récit de Gisèle ponctué d’anecdotes.

Aux Haudères, la visite commence sur la place du village occupée par quelques marchands et artisans pour une animation villageoise.  Bien que le village des Haudères reste souvent dans l’ombre d’Evolène, il n’en est pas moins remarquable avec un patrimoine bâti magnifiquement préservé. La visite commence par le bas du village avec quelques chalets d’habitation ayant traversé les âges, des raccards, des greniers… On poursuit à la Chapelle avec son clocher orné de cailloux de la Borgne. Cette chapelle accueille chaque mois d’août son festival classique avec des concerts intimistes.

Evolene Region @chaletlerucher

On pénètre dans une maison à l’ancienne. Dès l’entrée, je suis frappée par la faible luminosité et cette forte odeur de suif. Deux pièces : la partie cuisine avec l’âtre, l’évier puis la pièce à vivre avec son fourneau en pierre ollaire de 18, des lits, une table et l’indispensable métier à tisser. Tout est organisé de manière fonctionnelle et logique.

A chaque visite de village, je réalise à quel point nos ancêtres avaient cet esprit pratique. Marcel Gaspoz, qui nous accompagne ce jour- là, nous raconte ses souvenirs d’enfant, nous parle de ce quotidien rythmé par les tâches agro-pastorale, nous livre les nombreux récits rapportés de son grand père. Les petites histoires passionnantes d’un guide-habitant.

Sur les rocs, à La sage, c’est une autre ambiance. Quelque chose de poétique se dégage de ce hameau. On m’a d’ailleurs soufflé que ce minuscule hameau comptait 11 pianos dans les années 50, un repaire de mélomanes et d’artistes, et cela bien avant l’arrivée de la route. La Sage, c’est cette chapelle, perchée sur son monticule, d’où l’on embrasse un vaste panorama de la Dent Blanche aux Veisivis avec vue sur le glacier et la Dent d’Hérens. C’est aussi le Café des Collines, ce mythique café littéraire des années 60 ou plane encore le souvenir de Marie des Collines.

24.09.2013 080

Evolène Région à l’image d’une suisse hors du temps qui a su préserver toute son authenticité et qui saura révéler l’âme de ses villages au visiteur curieux.

Evolène Région où l’apologie du « Prendre le temps » prend justement tout son sens.

Evolène Région, un patrimoine, un terroir, des traditions qu’il vous faut découvrir, vivre et ressentir.

Que vous soyez visiteur d’un jour ou de toujours, profitez de ces visites guidées organisées par Evolène Région Tourisme pour une approche historique et anecdotique.

Publié dans Automne, Chambre hote, Culture, Eté, Hiver, Patrimoine, Printemps, Terroir, Tradition, Valais | Tagué , , | Laisser un commentaire

La SmartShuttle de Sion

Lisbonne a son tramway historique, la ligne 28. La capitale Sédunoise a désormais sa Smartshuttle.

24.07.2016 083La première navette autonome est née en Valais. Elle est en phase test jusqu’au mois d’octobre en ville de Sion. De nombreux pays se sont déjà intéressés à cette première mondiale et les médias ont largement relayés cet événement.

Face à ce déferlement médiatique, il me fallait tester cette nouveauté.

J’ai testé pour vous !

11 personnes et pas une de plus. 20 km à l’heure. 100 % électrique. Pas de volant, pas de frein, ni pédales d’accélération mais un écran, un clavier et un joystick. On se croirait dans un jeu vidéo grandeur nature.

J’avoue que c’est un peu déroutant de pénétrer à bord de cette navette sans chauffeur. Deux accompagnateurs sont là. D’une part pour rassurer et informer les passagers, d’autre part pour vérifier que la navette respecte scrupuleusement le code de la route et qu’elle transporte les usagers en toute sécurité.

Encore quelques réglages sont à faire. Un automobiliste hésitant sur la droite… oups, la priorité est grillée. Une déambulation de piétons autour d’elle et elle s’arrête net comme pour éviter un obstacle. Son comportement est noté dans les moindres détails afin d’améliorer cette technologie innovante.

Avouez qu’elle a un super look, la dénommée « Valère », comme sortie d’une bande dessinée des temps modernes.

24.07.2016 122

Elle pose fièrement sur la Place du Midi avant de sillonner les ruelles de la vieille ville. Elle franchit d’abord la Sionne de la place du Scex, remonte la Place des Tanneries pour s’enfiler dans la minuscule Ruelle du Rhône. Un exercice de taille ! Elle s’élance sur la voie piétonne du Grand Pont en se frayant un passage parmi les visiteurs, puis se faufile du côté de la Rue de Savièse pour rejoindre la Cathédrale et la Place de la Planta. Elle termine sa course en centre-ville après un passage à l’espace des Remparts sous l’œil amusé des passants, l’avenue du Midi et retour sur la place du même nom.

Un parcours hautement symboliquement pour cette période de test.

Je me voyais revivre mes escapades lisboètes lorsque j’empruntais l’électrico 28 avec son trajet sinueux parmi les quartiers populaires de Lisbonne. Avouez qu’il y a une petite ressemblance !

J’espère que ces petites navettes jaunes, aux couleurs postales, deviendront aussi célèbres et mythiques que leur cousin portugais. Il ne fait nul doute qu’elles sauront charmer les usagers d’ici et d’ailleurs et peut-être deviendront-elles l’attraction touristique de Sion pour une excursion pittoresque au cœur de sa vieille ville. Moi je suis déjà conquise !

 

Pour tout savoir sur ces navettes autonome Valère et Tourbillon,, rendez-vous sur la page de Car Postal, Projet SmartShuttle et téléchargez l’application. Lors de votre passage à Sion, ne ratez pas cette expérience autant inédite qu’insolite.

Publié dans Culture, Valais | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Fêtes à l’alpage : 2 inalpes, 2 ambiances.

Samedi 18 juin, c’est le grand jour : jour d’inalpe à Mandelon

Une centaine de vaches d’Hérens a rejoint l’alpage et y restera jusqu’à fin septembre, telle une joyeuse colonie de vacances.

Il y a des rendez-vous que je ne manque pas et celui-ci en est. J’aime cette ambiance si singulière qui règne sur l’alpage ce jour-là. Une journée d’inalpe, c’est à l’image d’une grande fête de famille. Les propriétaires des vaches et leur famille sont là, fidèles à cette journée de tradition. Ils installent tentes, tables, grill. De l’aube à la nuit tombée, tous sont réunis pour perpétuer la tradition et partager un moment convivial autour de la vache d’herens.

La star du jour, c’est elle !

18.06.2016 137

Ce matin-là, je me presse pour rejoindre Mandelon et assister aux premières luttes du matin. Je suis frappée par le ballet des 4×4 et des bétaillères : une véritable poya motorisée.

18.06.2016 124J’avoue que j’aurais aimé connaître ce temps où tous partaient à pied aux aurores afin de mener leur vache à ce 1er rendez-vous estival.

Après quelques minutes de marche, j’arrive sur l’alpage, accueillie par le tintamarre des sonnailles. 125 têtes sont réunies au cœur de cette arène naturelle. Un magnifique tableau alpestre. 18.06.2016 128

Chaque propriétaire observe attentivement le comportement de sa vache. Il y a les passives, qui paissent paisiblement ignorant la scène qui se joue autour d’elle et les combattives. En ce premier jour de grandes retrouvailles, elles vont s’observer, se jauger et se livreront à de spectaculaires luttes pour établir la hiérarchie. La plus forte dirigera l’ensemble du troupeau tout l’été.

18.06.2016 150En fin de matinée, les vaches regagnent leurs chottes respectives, menées par leur propriétaire respectif. 125 vaches pour une vingtaine de propriétaires. Elles ressortiront en fin d’après-midi pour combattre à nouveau.

Pendant ce temps, c’est fête sur l’alpe. A midi, le curé de la vallée bénira l’alpage : le gage d’une saison réussie.

18.06.2016 206 18.06.2016 215

A 17 h 30, c’est dans une atmosphère hitchcockienne que les combats corne à corne se déroulent sous mes yeux.

18.06.2016 359

Un bol de soupe du chalet pour se réchauffer concocté par les bons soins de la buvette de l’Alpage.

18.06.2016 373


Samedi 25 juin : Thyon fait son inalpe.

Cet alpage est bien connu des skieurs car situé en plein coeur du domaine skiable de Thyon-Les Collons.

28.06.2016 225

Les épilobes en fleurs ont succédé à l’épais manteau neigeux. Le panorama sur le Val d’Hérens est grandiose. Je perçois le sifflement lointain des marmottes. Tout semble calme et paisible à mon arrivée. Pourtant, à quelques mètres de là, 80 vaches sont rassemblées dans une cadre intimiste et chaleureux et jouent des cornes devant les initiés et quelques visiteurs de passage ébahis.

25.06.2016 003

Près de là, 4 « grises » broutent paisiblement, ignorant la lutte de pouvoir des « noires ».  Ces 4 grises qui donneront plus de lait que l’ensemble des 80 noires.

Toutes les générations de Bacounis, vous vous souvenez les habitants de Vex, sont là pour assister aux combats, échanger quelques mots et partager un verre entre villageois.

25.06.2016 006

Malheureusement, sans prévenir, la pluie s’invitera. C’est à l’abri des chottes que le partage se prolonge, un verre de Fendant à la main. Les vaches ont regagné l’étable pour un repos bien mérité, après 2 heures de luttes intensives. Chacun félicite sa vache, un geste, une friandise.

25.06.2016 075

C’est sous une pluie battante que je regarde le combat des génisses à midi, plutôt prometteuses ces jeunes vaches. Le soir, vaches et génisses seront mélangés ensemble. Je suis trempée de la tête aux pieds et la pluie me fera renoncer aux combats du soir. Avant de redescendre et me mettre au sec, je passe saluer Georges, le fromager.

Déjà 1 mois que les vaches d’Hérens sont en résidence d’été dans les alpages. A Thyon, Prestige conservera t’elle son titre de l’an passé. Du côté de Mandelon, ce serait la 106 des Frères Dayer qui dominerai à ce jour. Rendez-vous fin septembre pour la désalpe et connaître le nom de celle qui sera définitivement élue Reine d’Alpage 2016 à l’issue de la saison et fera la fierté de son propriétaire.

Autre sujet : le pays où les vaches sont reines


Mon conseil : chaque année, vous êtes nombreux à me demander les dates d’inalpes. Restez connectés ou inscrivez-vous ci-dessous et je vous enverrai volontiers les dates 2017 avec notre offre spéciale pour l’occasion.

 

Publié dans Chambre hote, Eté, Nature, Patrimoine, Terroir, Tradition, Val des Dix | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

4 saisons à Mandelon

19.03.2013 005Mandelon un nom qui sonne comme un air de ritournelle. Un lieu enchanteur qui révèle ses charmes discrets au rythme des saisons. Un lieu que l’on aimerait garder jalousement. Un lieu… plus qu’un lieu !

C’est une atmosphère singulière, avec son alpage, ses mayens, ses « chottes », le terrain de jeu des marmottes, le refuge de la faune sauvage et…

Un de mes petits coins de paradis au Val d’Hérens. 

Je l’ai découvert il y a une quinzaine d’année par une belle journée d’hiver. Ce fut ma toute première randonnée hivernale, ma première initiation en raquettes à neige, la journée des premières fois. (et je n’en dirai pas plus !) 😉

Je me souviens encore de cette plénitude lorsque je suis arrivé là-haut sur l’alpage, après avoir foulé les vastes paysages enneigés. Je me souviens encore de la saveur de ce pic-nic après tant d’efforts.

Depuis chaque hiver, c’est comme un pèlerinage, je monte chaque hiver et c’est incontestablement une de mes randos-raquettes préférées. J’ aime son côté sauvage, le silence qui y règne, et cette impression de « seule au monde ».

Plus que des mots, quelques images pour vous inviter à découvrir ou re-découvrir les magnifiques paysages hivernaux de l’Alpage de Mandelon.

Dès la fin avril, avec le redoux printanier, l’épais manteaux neigeux fond et laisse apparaître les premières fleurs alpines avec des tapis de gentiane. Les mélèzes sont en fleurs. Les marmottes sortent de leur hibernation et profitent de cette quiétude printanière pour jouer en toute insouciance.  C’est un contraste de couleurs saisissant entre les cimes enneigées et les verts pâturages parsemés de mille fleurs.

 

Parfois la magie d’une journée entre deux saisons s’invite avec brume sur les alpages comme dans une scène de polar, lui prêtant un petit côté mystérieux.

 

La montée à l’alpage marque le début de l’été. Les vaches rejoignent leur colonie d’été et se livrent à de belles luttes. Une journée sous le signe de la tradition que je vous raconterai dans un prochain billet.

IMG_7060

Le fromager, Daniel a repris du service. Les gérants de la buvette aussi. La saison estivale est lancée et verra son lot de randonneurs contemplatifs ou sportifs déambuler sur ces terres alpestres.

C’est d’ailleurs de l’alpage que je vous écrit, j’ y ai installé mon bureau du jour, par une chaleur quasi-caniculaire, bercé par le son des cloches de vaches et le sifflement des marmottes.

Pas de doute le bonheur est à l’alpage ! 

 

 

Au fait, connaissez-vous cette belle balade panoramique qui part de l’Alpage de Mandelon et rejoint les alpages d Evolène avec en chemin une magnifique petite gouille où vient se refléter le roi Cervin ?

Puis vient l’automne, la plus belle des saisons au Val d’Hérens.

Mandelon, l’endroit privilégié pour écouter et observer le brame du cerf. Dès la mi-septembre c’est le rendez-vous des photographes animaliers et des curieux contemplatifs dont je suis.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jusqu’à fin novembre, c’est un tout autre paysage qui s’offre à nos yeux avec les forêts de mélèzes jaunis. La nature s’endort en dort peu à peu pour laisser place au retour de l’hiver. C’est ça le rythme des saisons à la montagne.

 

Publié dans Chambre hote | 1 commentaire

Une journée de printemps à Saint-Martin

Le printemps, c’est l’éveil de la nature avec le retour des fleurs dans nos verts pâturages abandonnant le grand manteau neigeux. C’est cette saison qui habille nos arbres et arbustes de cette magnifique floraison printanière.

S’il est un village qui vit pleinement cette saison entre hiver et été, c’est Saint-Martin et ses hameaux situés entre 900 et 1000 m d’altitude.ossona

En cette fin avril et pour ce 6ème séjour de mes fidèles hôtes nordistes, Jean-Louis et Danièle, je décide de leur servir de guide pour cette découverte de Saint-Martin et malgré ma vie en béquilles, je les accompagne à Ossona, leur raconte la vie d’antan sur ces plateaux et les invite à immortaliser la nouvelle passerelle que Jean-Louis convoite depuis sa création.

Un premier arrêt à la Laiterie de Saint-Martin s’impose, pour m’approvisionner en tomme et sérac pour le petit-déjeuner du lendemain. L’occasion de saluer Manu, le fromager, d’expliquer le quotidien agro-pastoral du village et de montrer la fabrication du fromage en cours de processus. Le lieu de fabrication ainsi que les caves d’affinage et stockage ne sont théoriquement pas ouvert au public et je savoure d’autant plus ce privilège de pouvoir pénétrer dans les antres secrètes de la laiterie.collage st

Avec mes béquilles, difficile d’entreprendre les 4,5 km de descente à pied et c’est en voiture que nous rejoignons Ossona avec l’idée de faire notre pause de midi à l’auberge. Ceci étant, afin de préserver au mieux ce lieu, je vous invite à le rejoindre à pied et vous recommande la randonnée Prixes-Ossona-La Luette en passant par la passerelle.

18.05.2015 157

Plusieurs hameaux se succèdent sur ce vaste plateau glaciaire en rive droite de la Borgne : Ossona, Gréféric, Sevanne, Margueronna. Des noms qui m’évoquent quelques évasions champêtres. Des havres de paix. Ces hameaux ont été désertés dans les années 60. Ses habitants, préférant goûter à la vie moderne, sont partis travailler pour le géant de béton : la Grande Dixence. Dès lors les habitations et l’agriculture ont été abandonnées, les mayens se sont dégradés et l’agriculture traditionnelle a laissé place à une sur-pâture d’ovins. Il aura donc fallu plus de 30 ans pour que la commune de Saint-Martin se lance dans ce projet de développement durable. Et quel projet !

Depuis 2008, Ossona (ou plutôt Ossone comme l’appellent les gens du coin) est devenu un site agritouristique. Sa renaissance a fait l’objet d’un film «un petit coin de paradis», un projet suivi durant 3 années par la réalisatrice Jacqueline Veuve qui nous livre tout un symbole de la vie d’antan et celle d’aujourd’hui tel un trait d’union entre générations.

Je me souviens d’une journée d’été, il y a une quinzaine d’années. J’avais vaguement entendu parler de ces hameaux désertés, que me voilà partie à la découverte de ce patrimoine abandonné, séduite par le récit qu’on m’en avait fait. Après quelques heures d’une magnifique randonnée, j’y passait une nuit à la belle étoile entourée d’un troupeau de 600 moutons. Je me souviens encore de ces moments de bonheur simple, de mon ressenti à ce moment-là. C’était à la fois magique et étrange. Magique de cette douce quiétude et étrange de voir des signes de vies comme si ses habitants avaient dû fuir précipitamment laissant sur place linge, vaisselle et objets. Depuis, ce lieu revêt un caractère unique pour moi, ma madeleine de Proust.

En dépit de sa complète réhabilitation, il a su conservé son âme d’antan et déploie ses charmes discrets dès les premiers beaux jours.3.05.2016 098

J’aime le printemps à cette altitude, le chant des oiseaux, les près verdoyants, les arbres en pleine floraison, les vaches et chèvres en pâture. Je me délecte de cette ambiance si paisible. Je délaisse mes hôtes (partis voir la passerelle) une petite heure pour m’abandonner à ce paysage printanier. Je me balade seule au milieu des chèvres, clopin clopant, je contemple à tout va, d’humeur guillerette. 3.05.2016 167

C’est là énième fois que je viens à Ossona mais ce jour-là, a une saveur particulière. Ma première sortie de la saison en béquilles et surtout ravie de partager un de mes petits coins de paradis avec mes hôtes. Aucun autre visiteur ne viendra rompre ce silence absolu dans une béatitude totale.

Les nuages jouent à cache à cache avec le village d’Hérémence en face, les montagnes m’offrent leur plus belles perspectives, les pyramides d’Euseigne se dessinent au fond du vallon. Serait-ce ce qu’on appelle une journée parfaite ?

3.05.2016 152


Infos Pratiques :

Saint-Martin se situe sur la rive droite du Val d’hérens à 30 mn de Sion.

Laiterie de Saint-Martin pour vos achats de fromages.

Ossona : prévoir votre pique-nique, les horaires d’ouverture/fermeture de l’auberge ne sont pas toujours clairs et il serait dommage de trouver porte close. (notre mésaventure !)


Publié dans Chambre hote, Nature, Patrimoine, Printemps, Terroir, Tradition | Tagué , , , , , | 1 commentaire

Valais : le pays où les vaches sont reines

Connaissez-vous la race d’Hérens : cette race emblématique de notre vallée ?

12.05.2013 301

La vache d’Hérens, c’est une solide montagnarde à courtes pattes. Robuste et rustique, elle tient sa singularité par son caractère « lutteur » et se livre à des luttes pour établir une hiérarchie et déterminer la dominante.

Avec l’arrivée du printemps, la saison des combats de reines reprends :  le rendez-vous des passionnés de la Race d’Hérens. Chaque année, en mars et avril, 6 combats sont organisés par les différents syndicats d’éleveur. Lors de ces combats, les meilleures lutteuses seront sélectionnées et s’affronteront en finale.

Cette année, le dernier combat se déroulera au Val d’Hérens dans la nouvelle arène des Haudères le 24 avril prochain.  Comme chaque année, je serai au rendez-vous Hérensard, l’occasion de rencontrer et échanger avec les éleveurs, de vivre leur passion et ressentir leur immense fierté et amour pour la vache d’Hérens.

La vache d’Hérens, c’est un peu comme un animal de compagnie, une reine de beauté, un prestige…

13006546_1744917045787013_925670425498308866_n

Ce sera le dernier match qualificatif avant la Finale cantonale d’Aproz  début mai.

La grande finale ou LE RENDEZ-VOUS DE TOUS LES VALAISANS et également des retrouvailles transalpines avec nos voisins du Val d’Aoste ou de la vallée de Chamonix. Une journée d’échange et de partage autour de la vache d’Hérens dans une ambiance des plus singulières.

Plusieurs milliers de personnes assistent à ces combats spectaculaires dans une atmosphère électrique. Toutes les télés sont là, suisses et internationales ! Telle une grande rencontre de football, nos reines seront les stars du petit-écran avec la manifestation retransmis en direct sur la TSR.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Au delà de ces combats organisés par les différents syndicats d’éleveurs, il y a la tradition. D’un tempérament vif et belliqueux, les vaches d’Hérens se battent chaque fois qu’elles se rencontrent pour la première fois ou pas vues depuis quelques temps. Ces luttes sont naturelles et ont lieu à deux reprises dans l’année.

D’abord à la fin de l’hiver, les propriétaires procèdent au mélange de leur bêtes pour désigner la dominante du troupeau. Ces mélanges se déroulent en toute intimité.

En 2012, invité par des amis, j’ai eu la chance d’assister au mélange du troupeau de Alain à Turtmann, un amoureux de la race d’Hérens. C’est aussi notre fournisseur officiel de veau d’Hérens, de fromages et saucisses de vache. Un privilège d’avoir de tels produits et de les partager avec vous lors de nos tables d’hôtes.

Puis, au mois de juin aura lieu la montée à l’alpage : l’inalpe. La réunion des troupeaux à l’image d’une joyeuse colonie de vacances.

C’est une journée particulière pour tous les propriétaires. Dans un décor naturel, les vaches vont s’affronter pour élire la Reine de l’alpage. Un rendez-vous que je ne manque sous aucun prétexte, fidèle à ce premier rendez-vous sur les alpages du Val d’Hérens à Thyon ou Mandelon.

Il n’est d’ailleurs pas rare que j’accompagne nos hôtes, curieux de vivre cette tradition alpine à nos côtés. Je vous reparlerai surement plus amplement des inalpes de notre vallée : une fête sur l’Alpe plutôt confidentielle dans une ambiance très familiale. En 2014, un combat de vaches a été filmé avec une Go Pro. Insolite !

 

 

Généralement, les inalpes du Val ‘Hérens ont lieu dès la mi-juin. A votre agenda avec quelques dates à retenir.

Si vous avez l’envie de cette expérience unique, je vous invite à me contacter pour en savoir davantage sur les prochaines dates. En 2016, les inalpes de Thyon et Mandelon sont prévues le samedi 18 ou samedi 25 juin.  A vos agendas !

A cette occasion, c’est  avec plaisir que je vous ai concocter une offre spéciale inalpe pour assister à ces tradtionnelles inalpes et ressentir la frénésie ambiante.

Au plaisir de vous croiser à l’alpage.

 

 

 

Publié dans Chambre hote, Eté, Nature, Terroir, Tradition, Val des Dix | Tagué , , , , , , , , , , | 3 commentaires

Notre traditionnel repas terroir « Bacouni »

« Bacouni » c’est le nom des habitants du village de Vex. Ca signifie les « mangeurs de lard » en patois. Ce fameux lard sec du Valais, qui bénéficie aujourd’hui d’une appellation IGP, et qu’autrefois, chacun fabriquait et consommait tout au long de l’année pour ses repas familiaux, tout comme le pain de seigle ou une pièce de fromage.

FullSizeRender

Lard, fromage, pain de seigle : 3 aliments qui ont longtemps constitué l’essentiel de l’alimentation quotidienne de nos villages de montagne en Valais.

Il n’en fallait pas plus pour imaginer un repas convivial avec les produits de notre terroir et l’occasion de parler des traditions d’antan autour de notre table d’hôtes.

Ainsi, est né le traditionnel repas terroir « Bacouni » du Chalet Le Rucher. 

Du printemps à l’automne, jusqu’à l’arrivée de la Brisolée, nous servons notre repas terroir « Bacouni ».  Ils se composent d’une sélection des fromage du Val d’Hérens, des fermes environnantes, des laiteries de village ou des alpages. Chaque été, je cours les alpages, rencontrer les artisans-fromagers de nos montagnes.

Thyon, Mandelon, Eison, Chiesso, Lovegnoz, La Louère, autant d’alpages que je sillone à la recherche de trésors fromagers.

Quel régal d’aller chercher mes pièces sur les hauts ! L’occasion d’échanger quelques mots avec ces personnages de l’ombre qui chaque matin de la belle saison se lève aux aurores pour la fabrication des tommes, pièces à raclettes, sérac et autres laitiers.

Après plusieurs mois de stockage et d’affinage dans ma cave à trésors, je sortirai ces précieuses pièces pour être déguster sur notre plateau de fromages.
Lors de nos soirées-repas, je vous ferai déguster 5 à 6 fromages de nos alpages, des produits d’exception et le goût du privilège. Des goûts différents pour des alpages différents. Une autre manière d’apprécier ces fromages à raclette.

Accompagnés de pommes de terre en robe des champs, de salaisons artisanales, du fameux pain de seigle valaisan et de quelques produits maison, vous vous régalerez d’un repas simple et convivial mettant à l’honneur le savoir-faire de nos artisans.

Le pain de seigle vient de la boulangerie du village et est fabriqué selon la charte AOP Valais.

Les salaisons viennent du boucher du village qui travaille ses produits, viande séchée, jambon cru et lard sec, selon un procédé artisanal ancestral et quelques secrets de famille. Sa viande séchée a d’ailleurs été maintes fois médaillé. Un personnage, notre boucher et je vous réserve un portrait !

Il y a aussi la saucisse de vache : une saucisse 100%  Hérens confectionné par un ami. Un must aux dires de nos hôtes !

Vous avez les papilles en éveil, ça vous a donné faim ?!  Lors de votre prochaine escapade dans notre maison d’hôtes, partagez ce goût du terroir et à la belle saison, profitez d’un repas à l’ombre de notre verger pour une ambiance bucolique.

Publié dans Chambre hote, Eté, Maison d'hôtes, Nature, Printemps, Terroir, Tradition | Tagué , , , , , | 4 commentaires

Vex, ce village où il fait bon vivre

Il y a des endroits que l’on croit connaître et que l’on redécouvre à chaque nouvelle saison, à chaque nouveau regard que l’on pose.

VEX c’est typiquement le village où l’on ne s’arrête pas, où l’on ne fait que passer… se rendant au Barrage de la Grande Dixence, aux pyramides d’Euseigne ou encore du côté d’Evolène Région.

VEX de prime abord, ne révèle aucun charme, vous dira-t-on. Et pourtant !
Certes, ce n’est peut-être pas le village « carte postale » mais… pour moi c’est bien plus !

4.10.2015 100

Il révélera bien des charmes aux visiteurs les plus curieux, il se mérite et se dévoile au fil des découvertes. Il vous offrira des vues époustouflantes sur la Dent Blanche, La Maya, Les Veisivis…
Je dis un village mais la commune de Vex n’est pas qu’un village, elle s’élance de la Borgne, à 650 m, pour atteindre le sommet des Crêtes de Thyon à plus de 2400m. C’est vraiment un pays de contrastes avec ses falaises, ses vergers, ses vignes, ses alpages, son patrimoine bâti, ses hameaux.

VEX est incontestablement un village où il fait bon vivre et chaque jour qui passe, on s’enorgueillit un peu plus d’avoir posé nos valises ici et d’avoir ouvert notre maison d’hôtes.

En 1900, Solandieu écrivait : « Fièrement campé sur une éminence couronnée de forêts de mélèzes, Vex est un des villages valaisans les mieux partagés sous le rapport de la situation et du climat.. »

Situé à une altitude de 1000 m, c’est idéal pour de belles balades en saison printanière ou automnale.
Laissez votre véhicule, et suivez-moi ! Je vous montre mon village tel qu’il est, sans artifices et comme je le vis au quotidien.

– Les vergers de Vex : une petite boucle d’une heure (ou plus) autour du chalet pour humer les parfums des vergers environnants. Vex a longtemps été réputé pour sa pomme “ Canada ”. C’était le fournisseur officiel de toute la Suisse.
En saison, vous en dégusterez en provenance de notre verger.

La Tour Tavelli : un plateau morainique, recouvert d’une prairie et d’arbres fruitiers (à 300 m de notre chalet). Un promontoire qui domine la Borgne et qui invite à la contemplation, tout simplement. C’est aussi le pont de départ du sentier des contes.

– Le Vallon de la Borgne parmi mes premières balades du printemps.

Le vignoble «oublié» de Vex.  5.10.2013 186

Surprenant, ces vignes qui descendent dans le creux du vallon.

Chaque vendange, il s’échappe un délicat parfum de raisin des caves de Fond-Villa.

Le Tour des hameaux Vex- Ypresse-Les Prasses : coup de cœur pour Ypresses, ce balcon sur la plaine du Rhône qui distille un charme fou et une atmosphère hors du temps. Un endroit privilégié au coucher du soleil… mais chut !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Allez-vous perdre sur le site http://www.patrimoine-vex.ch et vous deviendrez incollable sur le patrimoine bâti de la commune.

Le Grand Bisse de Vex qu’on ne présente plus et les chapelles des Mayens-de-Sion.

Bon, je m’arrêterai là concernant le patrimoine culturel et naturel de Vex et vous laisserai le découvrir à votre rythme et surtout au gré de vos envies. Lors de vos séjours au Chalet Le Rucher, demandez-moi cartes, infos, gps, bons plans pour arpenter les chemins de Vex et environs.

Au fait, savez-vous comment on appelle les habitants de Vex ? …     Les Bacounis .

Et parmi les Bacounis célèbres, on compte Joseph Favre, le précurseur de la cuisine moderne. Il publie le premier journal de cuisine rédigé par un professionnel et fut aussi le premier à concevoir des expositions et des concours internationaux.
Il y aussi la poétesse Pierrette Micheloud qui aurait fête ses 100 ans en 2015.

Dès le 7 novembre, une exposition à La Grenette à Sion célèbre le centenaire de sa naissance. Et La Compagnie Ovale vous invite à bord de son bus pour la Grande Gynandre . Une heure de voyage poétique et un rendez-vous intimiste que j’ai adoré.

Je pourrais aussi vous parler des Bacounis de maintenant… de ces anonymes qui font la vie du village, de mes commerces préférés… La boucherie, les petites épiceries avec les produits du terroir, le café de la Poste pour les bons petits plats de Marie-Bernard mais aussi le restaurant de la Place pour sa cuisine maison généreuse et pas chère. Mais peut-être que çela fera l’objet de futurs portraits…

Oui, il fait décidemment bon vivre à Vex, un village accueillant à l’entrée du Val d’Hérens.
Au plaisir de vous accueillir !

Publié dans Automne, Chambre hote, Eté, Hiver, Nature, Patrimoine, Printemps, Terroir | Tagué , , , , , | 11 commentaires

Valais – Mes belles escapades du printemps

C’est le printemps, réveillez vos envies !

Le printemps, c’est le renouveau, l’éveil à la nature, les premières floraisons, les couleurs les senteurs, le fameux « vert printemps ».

Les jours se rallongent, les températures se font plus douces. Viens l’heure de ranger skis et raquettes pour ressortir ses chaussures de rando.

L’appel des premières balades printanières se fait sentir.  Dès le début du printemps, le Valais prend des allures de Provence.
De Mars à Juin, voici quelques idées d’évasion, quelques coins et recoins qu’il fait bon découvrir à chaque printemps qui reviens. De la plaine du Rhône au Val d’Hérens,  je vous livre mes plus belles escapades printanières, parfois hors des sentiers battus.

1- Le bourg médiéval de Saillon fait partie de mes coups de coeur au printemps et prends des airs de Provence avec ses amandiers en fleurs. Flâner dans ses ruelles,  randonner autour du bourg, prendre le temps de le découvrir…

Et vous comprendrez pourquoi ce village a été élu Plus beau de Suisse Romande.
Saillon mériterai à lui seul que je lui consacre un billet. Promis, je vous réserve un sujet « Saillon aux 4 saisons ».

29.03.2012 006

 

2 -A mi-côteau en arrivant à Vex, un petit sentier de l’abricot permet d’admirer les abricotiers en fleurs . Pour mon oeil photographe, c’est un régal d’admirer les champs d’abricotiers en fleurs avec les cimes enneigées en toile de fonds. Côté plaine du Rhône, le sentier de l’abricot à Saxon offre plusieurs parcours de randonnée. Tellement beau.

3 -Une de mes activités aux premiers jours du printemps… partir à la recherche des bois de cerfs dans le Vallon de la Borgne à deux pas du Chalet Le Rucher. Jusqu’à présent, je suis restée bredouille malgré les bons conseils de mon ami Roger. Il organise parfois des sorties et si vous en avez l’occasion, je vous inviter vraiment à en profiter.

4 – Connaissez-vous l’adonis de printemps ? cette fleur rare qu’on trouve en Valais avec une belle balade de Saxon à Charrat sur le chemin de l’adonis.  Et si je vous dis qu’elle pousse aussi au Val d’hérens, sur les hauts de Nax, au balcon du ciel. Un des mes endroits secrets où admirer cette fleur et admirer une vue panoramique pour un déjeuner sur l’herbe romantique.

13.04.2015 010

5- Les hameaux et vergers en fleurs du côté de Vex. C’est chez nous et on se croirait dans les collines provençales.

28.03.2014 107

6 -Dès Mai, rien de plus agréable que d’arpenter les bisses des collines sédunoises : Montorge, Lentine ou Clavoz. La saison idéale pour ces bisses aux grands murs de pierres sèches et à la végétation méridionale. En été, il fait chaud, trop chaud ! Pour les fans d’oenotourisme, les grands rendez-vous du printemps c’est ici 

7- Le mystérieux et sauvage Vallon de la Borgnevous connaissez ?! Un incontournable du printemps dont les chemins de randonnée se trouvent au départ même de notre maison d’hôtes. C’est le rendez-vous printanier des naturalistes, des botanistes ou des contemplatifs comme moi ! On peut y découvrir des vignes oubliées, un vieux pont, des mayen abandonnés, une source chaude… mais chut !!!

8 – On re-découvre aussi le patrimoine bâti des villages environnants. Le Val des Dix et les villages d’héremence sont une véritable invitation dès les premiers beaux jours.

9 – En mai, je vous invite à une balade poétique et romantique de Vernamiège à La Luette,  en traversant la passerelle de Saint-Martin et le plateau d’Ossona.

10 -Il n’y a pas de printemps sans le retour des marchés. Celui du vendredi à Sion reste un incontournable.

On ne le répétera jamais assez,  le Valais en général et le Val d’Hérens en particulier, ca se vit aux 4 saisons et croyez-moi nos voisins francophones de l’autre Vallée du Rhône pourraient bien être jaloux !

Le Valais, comme un petit air de Provence au printemps !!!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Publié dans Chambre hote, Nature, Printemps | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , | 3 commentaires